La (pyro)gazéification

Les matières premières utilisées sont  :

  • des matières ligno-cellulosiques issues de la biomasse : bois et produits dérivés, pailles, et différents sous-produits ligneux de l’agriculture ;

  • des déchets issus de la pétrochimie (plastiques…).
La gazéification (ou pyrogazéification) consiste à les chauffer des matières premières à des températures comprises généralement entre 900 et 1 200 ℃ en présence d’une faible quantité d’oxygène (qui peut être apportée par l’air, de l’air enrichi en O2, du dioxygène pur (O2), du gaz carbonique [CO2] ou de la vapeur d’eau). En dehors de la fraction minérale du déchet et d’une petite quantité de carbone fixe non converti qui constituent le résidu solide, l’ensemble du déchet est ainsi converti en un gaz que l’on appelle gaz de synthèse (également désigné syngas ou syngaz). Quand la réaction de gazéification est réalisée à pression atmosphérique, le gaz de synthèse est en général constitué principalement de CO et H2 et quelques pourcents de CH4. Selon les procédés, il contient également une proportion plus ou moins importante de dioxyde de carbone (CO2) et d’azote (N2).
 
Le gaz de synthèse peut être utilisé, de manière analogue au gaz naturel, dans un moteur à combustion pour générer électricité et chaleur: c’est la co-génération, qui est actuellement le débouché principal du gaz de synthèse, et qui est effectuée sur site. Les intrants étant soit d’origine biologique, soit des déchets, l’électricité produite peut être considérée comme renouvelable et décarbonée.
gazéification peut également s’avérer être une technique intéressante pour produire de l’électricité renouvelable. Après, le gaz de synthèse pourrait être utilisé dans des moteurs à gaz pour produire de l’électricité.
Cependant, avant l’emploi du gaz de synthèse dans des moteurs à gaz, il est nécessaire de le faire passer par plusieurs étapes de purification (craquage des goudrons et autres étapes d’épuration éventuelles).

 

Notre offre: l'étape de méthanation

Les composés majoritaires du gaz de synthèse posent chacun des difficultés de manipulation: le CO est très toxique et le dihydrogène très facilement explosif et nécessite des matériaux particulier pour éviter ses fuites (car H2 est une très petite molécule).

Energo propose d’insérer en aval de la pyrogaséification une étape de méthanation lors de laquelle ce mélange dangereux est transformé en méthane. Ce méthane peut alors être facilement manipulé et réinjecté dans le réseau actuel pour une utilisation distante dans l’espace et le temps.